Catégories
Uncategorized

Un singe pour animal de compagnie : est-ce possible ?

Cet article ne vous donnera pas d’infos pour vous aider à acheter ou adopter un singe. Mais ne partez pas ! Car il va vous expliquer :

  • la législation française à propos de la captivité des primates ?
  • les soins qu’attendent ces animaux en captivité ?
  • les dangers auxquels vous vous exposez en tant que propriétaire d’un singe ?

Si vous vous intéressez aux animaux sauvages et à leur élevage dans les meilleures conditions possibles, merci de partager cet article. Car les informations fiables validées par des professionnels sont rares sur internet.

L’essentiel en vidéo

Si vous préférez consulter une vidéo qui traite des points abordés dans cet article, là voici.

Qu’est ce qu’un singe ?

Les singes font partie de l’Ordre des Primates, comme les lémuriens. L’Homme est également classé comme un singe. L’Homme est donc un Primate. Les primates partagent des caractéristiques morphologiques et plus particulier la main. C’est-à-dire que leurs membres se terminent par cinq doigts, dont l’un – le pouce – est opposé aux quatre autres.

Il existe pas moins de 280 espèces de primates dans le monde. La plupart se retrouvent dans les régions tropicales et tempérées chaudes d’Amérique, d’Afrique et d’Asie. Une seule espèce – le singe magot – est présente en Europe, à Gibraltar.

Le plus petit primate du monde est le microcèbe. Il vit à Madagascar et pèse quelques dizaines de grammes. C’est un lémurien nocturne qui se nourrie principalement de petits insectes.

Le plus gros primate est le gorille. Les mâles adultes peuvent atteindre 280 kilos. Bien qu’il soit colossal, son alimentation est exclusivement composée de plantes.

Peut-on garder un singe comme un animal domestique ?

Lorsque l’on souhaite garder un singe en captivité, on doit comprendre que l’on n’a pas affaire à un animal classique.

En effet, les singes ont des capacités mentales très importantes. Ce sont des êtres sensibles doués de leur propre personnalité. Il n’existe pas deux individus identiques. Ils sont capables d’éprouver de la douleur et de la tristesse. 

Mais les singes ressentent aussi des émotions positives, lorsqu’ils sont gardés dans de bonnes conditions et qu’ils vivent au milieu de leurs congénères.

Les principales espèces de Primates que l’on retrouve en captivité et qui font malheureusement l’objet d’un trafic sont les ouistitis, les saïmiris, les capucins, les magots et les lémuriens.

Tous ces singes – sauf rares exceptions – ont en commun de vivre dans des groupes : famille, harem ou horde de jeunes mâles. 

Ces Primates ont donc besoin d’avoir des interventions constantes avec leurs congénères. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, le contact avec l’être humain ne suffit pas pour satisfaire ce besoin.

Un singe n’est donc pas un animal de compagnie. Et tout l’amour que vous lui porterait ne remplacera pas le contact de ses congénères.

Quel compagnon choisir ?

Si vous êtes à la recherche d’un compagnon, choisissez un chien, un chat, un rongeur ou tout autre animal domestique. Beaucoup sont actuellement dans des refuges et attendent d’être adoptés par un maître aimant.

De nombreuses espèces et races domestiques sont apprivoisables et sont suffisamment robustes pour supporter la vie dans un appartement ou dans une maison. 

On peut aussi se promener avec son animal domestique, dans la rue, à la campagne ou en forêt. Tout ceci n’est pas possible avec un singe.

Les Primates et la législation

En France, les singes ont un statut particulier. La France fait figure de leader dans le droit animalier. Et les lois évoluent très rapidement sous la pression des associations de protection animale.

Convention de Washington

D’un point de vue international, ils sont protégés par la convention de Washington, que l’on appelle aussi la CITES. 

Toutes les espèces de singes sont classées en annexe 1 ou 2 de la CITES. C’est-à-dire que les singes profitent des mesures de protection les plus fortes.

Le commerce est très réglementé et les singes ne peuvent s’échanger sans documents officiels. Tous les singes qui sont proposés à la vente dans la rue ou sur des sites d’annonces en ligne sont vendus illégalement.

Attention ! Si vous achetez un animal qui n’a pas les bons documents, vous êtes vous même en infraction.

Règlementation française et certificat de capacité

Les singes sont classés comme espèces dangereuses

Les singes sont aussi classés comme espèces dangereuses par l’arrêté du 21 novembre 1997. Comme nous verrons par la suite, c’est entièrement justifié, même pour les plus petites espèces.

Le certificat de capacité

Enfin, l’arrêté du 8 octobre 2018 impose que les détenteurs d’un primate soient titulaires d’un certificat de capacité et d’une autorisation préfectorale d’ouverture. Cette réglementation s’applique dès le premier individu gardé. 

Ces deux autorisations administratives sont délivrées par le préfet du département où vos animaux seront captifs, après avis favorable de la commission des experts des services vétérinaires.

Le certificat de capacité est accordé ou refusé, après étude d’un dossier. Mais aussi passage du demandeur devant une commission. Les compétences de celui-ci seront testés par des questions posées par les experts de cette commission. Ces questions ont pour objet la législation, ainsi que des points zootechniques sur l’élevage des animaux.

Le dossier de demande de certificat de capacité doit décrire les installations prévues pour maintenir dans de bonnes conditions vos animaux. Les rations alimentaires et les enrichissements du milieu sont aussi décrits avec précision. 

Le demandeur d’un certificat de capacité doit prouver qu’il a fait des stages dans des élevages et des parcs zoologiques. 

Plusieurs mois d’expériences sont attendus avant de pouvoir déposer une demande de certificat de capacité.

Le demandeur doit aussi démontrer qu’il dispose des ressources financières pour s’occuper de ses animaux et pour faire face à tous les imprévus.

Il faut par exemple prévoir une alternative s’il vous arrivait un accident, une maladie,… 

Si vous ne pouvez plus vous occuper de vos animaux, les donner à un zoo n’est pas une preuve valable pour la commission d’experts qui instruira votre demande. 

Les parcs animaliers ne sont pas des refuges et n’ont pas l’obligation de prendre soin des animaux de ceux qui n’en veulent plus ou qui ne peuvent plus les garder. 

De plus, les zoos se focalisent sur la reproduction des espèces en voie de disparition. Ils n’ont pas assez de place pour prendre en charge les singes communément gardés en captivité.

Si vous gardez des singes non stérilisés, ils se reproduiront. Il faudra aussi démontrer que vous avez prévu cette situation. 

Car les autorités attendent que vous disposiez des installations nécessaires pour garder dans de bonnes conditions les animaux qui naîtront chez vous.

La place doit être suffisante pour ces jeunes animaux, jusqu’à leur âge adulte et leur placement dans un autre élevage, qui possède tout comme le vôtre, les autorisations administratives obligatoires.

Détention illégale d’un singe

Face aux difficultés que présente l’obtention d’un certificat de capacité, beaucoup de personnes sont tentées de garder des animaux sauvages sans autorisation.

Si vous êtes pris en possession illégale d’un singe, vous risquez :

  • La confiscation immédiate de vos animaux
  • Une amende de plusieurs milliers d’euros
  • Une peine d’emprisonnement

Les tribunaux sont de plus en plus sévères et l’on assiste sous la pression des associations de protection animale, à une chasse aux receleurs d’animaux sauvages.

Gardés illégalement, vos animaux seront saisis par les forces de l’ordre, puis placés dans le meilleur cas dans un zoo. Mais bien souvent, ils seront récupérés par un refuge, où ils ne profiteront pas toujours de bons soins. Notez que beaucoup de ces animaux confisqués sont finalement euthanasiés, car les places manquent.

Se placer en conformité avec la loi n’est pas seulement une obligation, c’est aussi indispensable pour assurer l’avenir de vos animaux.

Lois dans les autres pays

Nous venons de présenter les obligations légales en France. Mais tous les pays européens et d’Amérique du Nord ont leur propre législation sur la détention des animaux non domestiques.

Si vous avez pour projet de créer un élevage de primates ou d’autres espèces sauvages, commencez par contacter les services vétérinaires de votre département, canton ou province. Ils vous donneront les références des textes de loi qui vous concernent.

Attention. Ne faites jamais l’acquisition d’un animal, avant d’avoir toutes les autorisations pour le garder. Dans le cas contraire, votre animal et vous-même allez au devant de gros problèmes.

Les besoins des singes en captivité

Créer et maintenir un groupe harmonieux

Comme nous l’avons précisé, les singes vivent en famille ou en groupe. 

Ces groupes se composent de nombreux individus qui partagent souvent des liens de parenté directs : mère et enfants, frères et sœurs,…

Un primate ne peut pas vivre heureux en dehors d’un tel groupe. Il n’est pas normal de garder un singe tout seul avec soi, comme on le voit parfois. Car vous n’êtes pas un de ses congénères. Vous ne pouvez pas communiquer avec lui. Et vous ne disposerez jamais de suffisamment de temps pour répondre à ces besoins affectifs.

Chaque jour, les singes d’un même groupe vivent des centaines d’interactions : épouillage, contact, échanges de regards,…

De plus, ces groupes évoluent constamment, au gré des départs et des alliances.

Certains animaux en sont exclus. C’est souvent le cas des mâles qui sont arrivés à maturité sexuelle.

Lorsque que des singes captifs sont exclus de leur groupe, il faut tout mettre en place pour assurer leur départ vers groupe d’adoption. Le retour vers la nature n’est pas possible. 

Les animaux nés en captivité sont incapables de survivre aux conditions du milieu naturel. Ils ne trouveront pas leur nourriture et ne sauront pas échapper aux prédateurs.

Construire un vaste enclos et un logement intérieur

Les singes sont des animaux qui se déplacent beaucoup durant la journée. 

Ils sont pour la plupart arboricoles et ont donc besoin de se percher et de sauter d’un perchoir à un autre. 

Leur enclos doit être suffisamment grand et doit être aménagé avec des branches, des plateformes et des cordages, pour faciliter le déplacement des animaux.

Les singes ont aussi besoin de s’exposer aux rayons du soleil, tous les jours pendant plusieurs heures. 

Les rayons UV de la lumière naturelle sont indispensables pour la synthèse de la vitamine D. Sans cette vitamine, les singes souffrent de maladie osseuse et peuvent mourir. 

Il est donc indispensable de mettre à disposition de vos animaux, un enclos extérieur exposé au soleil.

Mais il faut aussi un abri chauffé. Car ces animaux originaires des régions chaudes du globe ont besoin d’une température suffisante. Même s’ils sont nés en captivité.

Les singes captifs doivent avoir le choix de passer de l’extérieur à l’intérieur, tout au long de la journée.

L’abri doit être assez grand pour recevoir tout le groupe.

Les espèces les plus fragiles sont enfermées à l’intérieur, durant la nuit. 

L’abri doit être aménagé pour que chaque animal trouve la place nécessaire à son confort. 

Pour plus de sûreté et pour pouvoir séparer des individus qui se battent régulièrement, la loge intérieure comprend plusieurs compartiments, reliés les uns aux autres. Mais que l’on peut séparer en cas de besoin.

Un système de chauffage permet de garder une température minimale au-dessus de 20°C.

Les installations – extérieures et intérieures – ne doivent pas permettre l’évasion de vos animaux. 

En effet, il est interdit d’introduire volontairement ou non une espèce exotique dans la nature. 

De plus, un primate évadé ne trouvera pas de nourriture et mourra rapidement de froid ou tué par un prédateur.

Sans oublier que ces animaux peuvent se montrer agressifs et mordre les personnes qu’ils croisent.

Acheter une nourriture de qualité

Les singes sont des animaux omnivores qui consomment en grande partie des végétaux, comme des fruits et des feuilles. Mais ils ont aussi besoin d’aliment d’origine animale. 

Les fruits que l’on donne le plus souvent sont la pomme, le raisin, la tomate. Les bananes sont apportées en petites quantités, car elles contiennent beaucoup trop de sucres. 

Attention aux excès de glucides, car les singes suralimentés deviennent vite obèses.

Il faut aussi apporter des légumes riches en fibres en grande quantité. Comme des endives, des concombres et des carottes.

Les petites espèces ont besoin d’insectes vivants, tels que des vers de farine et des criquets.

Les singes consomment aussi des œufs, que l’on offrira bien cuit pour éviter la transmission des salmonelles.

La qualité et la quantité des protéines sont très importantes pour garder des animaux en bonne santé.

À côté de ces rations fraîches que l’on trouve facilement dans le commerce, il faut aussi offrir des aliments spécialement fabriqués pour les Primates.

Il en existe plusieurs, tous adaptés à un type de singe. 

Depuis les croquettes pour les primates folivores qui se nourrissent surtout de feuilles, jusqu’aux granulés pour les babouins qui consomment beaucoup de petits animaux.

Ces aliments pour Primates sont vendus par des compagnies spécialisées dans la nutrition des animaux des parcs zoologiques.

On ne les retrouve pas en vente libre dans les animaleries. Il faut généralement les commander directement au fabricant et en grande quantité.

Distribuer les rations

Dans la nature, les singes s’alimentent tout au long de la journée. Il cherche dans les arbres les fruits, les feuilles et les petits animaux dont ils se nourrissent.

En captivité, les rations sont apportées au moins deux fois par jour. 

Si possible plus souvent et en petites quantités pour bien répartir la nourriture au cours de la journée.

Pour éviter que les animaux ne se bagarrent, on place dans l’abri plusieurs points de distribution des aliments.

Ainsi, les dominants ne monopolisent pas l’accès à la nourriture ou ne s’emparent pas des fruits préférés. 

Avec plusieurs points de nourrissage, chaque individu du groupe a accès à sa part. 

L’alimentation est alors équilibrée et les animaux sont tous en bonne santé.

L’eau est aussi donnée à volonté aux animaux. Les abreuvoirs pour rongeur – en forme de bouteille – sont adaptés pour les petits primates.

Ils évitent que l’eau soit contaminée par des excréments ou des animaux porteurs de maladie, comme les rats et les souris.

L’eau est changée au minimum une fois par jour. Mais l’on constate que les singes apprécient que leur eau soit renouvelée deux par jour.

Nettoyer quotidiennement l’enclos et la loge 

Les singes sont des animaux qui ne font pas leurs besoins à un endroit précis de leur territoire. 

Les excréments et les restes de nourriture se retrouvent partout dans l’enclos et leur abri. 

Aussi bien sur le sol, que sur les perchoirs et les murs.

Il faut donc nettoyer tous les jours les salissures sur toutes les surfaces de l’installation. 

Cela demande beaucoup de temps et d’effort.

Ce nettoyage comprend la suppression des crottes et des restes alimentaires. Mais aussi la désinfection avec des produits adaptés.

Les eaux de nettoyage ne doivent pas être jetées dans l’environnement, elles sont dirigées vers le tout à l’égout ou bien vers une fosse septique.

Les rats et les souris sont les vecteurs de maladies très dangereuses pour les primates.

Il est indispensable de concevoir des installations qui ne permettent pas la prolifération des rongeurs.

Il faut mettre en place une lutte contre tous les animaux nuisibles, vecteurs d’agents pathogènes. 

De même, les chats peuvent transmettre des parasites mortels aux petits singes et aux lémuriens. 

Utilisez du grillage qui ne ne permet pas le contact entre vos singes et d’autres espèces animales.

Prévoir les frais vétérinaires

Il est difficile de trouver un vétérinaire qui ait de l’expérience avec les singes.

Et beaucoup ne souhaitent pas prendre de risque en soignant de tels animaux.

Les parcs zoologiques ne sont pas des cliniques vétérinaires. Ils ne peuvent pas prendre en charge d’animaux étrangers à leur établissement.

Avant de créer un élevage, vous devez trouver à proximité de chez vous un vétérinaire capable de soigner vos animaux. Et qui pourrait se déplacer au besoin.

Chaque année, de nombreuses interventions d’un vétérinaire sont à prévoir.

Les frais de pose des puces électroniques d’identification, les soins des blessures, les traitements vermifuges et les simples visites annuelles de routine coûtent cher.

Il faut prévoir ces dépenses pour garantir la bonne santé de vos animaux/

Prévoir les frais de chauffage

La plupart des espèces de Primates ont besoin d’une température minimale supérieure à 20°C. Les plus petites espèces seront plus à l’aise au dessus de 22°C.

Quelle que soit la météo, vos singes doivent avoir accès à un intérieur chauffé. 

Pour les petites espèces comme les ouistitis et les tamarins, une lampe chauffante doit aussi être installée dans leur abri. Constamment allumée, cette lampe infrarouge permet à un animal de se réchauffer rapidement. Car, plus les animaux sont petits, plus ils se refroidissent vite.

Chaque mois en hiver, plusieurs centaines d’euros doivent être investis pour chauffer et éclairer correctement vos singes.

Une bonne isolation de vos installations intérieures limitera sensiblement les dépenses.

La présence du soigneur animalier

L’entretien des enclos et des abris, la surveillance de l’état de santé de tous vos animaux, la préparation et la distribution des rations alimentaires et enfin le nettoyage des loges impose une présence quotidienne.

Si vous ne pouvez pas être remplacé par une personne compétente et capable de réagir en cas de problème, vous ne pouvez pas quitter vos singes plus de quelques heures.

Et comme vous le comprendrez sûrement, ces animaux ne peuvent pas vous suivre en vacances ou durant un week-end.

Pour pouvoir allier l’élevage de primates et une vie personnelle, il faut employer un soigneur animalier afin de vous aider ponctuellement.

Ceci explique que très peu de personnes gardent à titre privé des singes. Il faut des ressources financières importantes pour couvrir tous les frais à engager.

Une autre possibilité est de créer une activité autour de votre projet d’élevage de singes. 

Comme un parc animalier ou un refuge. Votre établissement étant géré par une association ou par votre entreprise.

La création d’un parc animalier est soumise à des autorisations particulières. Celles-ci demandent beaucoup d’investissement – en temps et en argent – avant d’être accordées.

Les dangers de la détention d’un singe

Comme nous l’avons vu un peu plus tôt, les singes sont classés comme des animaux dangereux. 

Quelle que soit la taille de l’animal, son propriétaire s’expose à des risques pour sa santé.

Chez les singes, le danger d’être mordu est très important. 

D’autant plus avec des animaux habitués à vivre depuis très jeunes au contact des humains. 

Il est donc dangereux de garder un singe avec soi, si l’on ne dispose pas des équipements nécessaires.

Plus les singes sont de grande taille, plus la morsure est sérieuse.

Au-delà d’un poids de 2 kilogrammes, un singe peut infliger de graves blessures qui nécessitent une hospitalisation. 

Les blessures par morsures mettent du temps à cicatriser et s’infectent toujours si l’on ne suit pas le traitement antibiotique prescrit, et que la plaie n’est pas nettoyée quotidiennement.

Les plaies laissées par des morsures de singe sont profondes. Les dents de l’animal mordeur peuvent couper des tendons. 

Vous pouvez garder des séquelles d’une telle blessure.

Les parties les plus souvent atteintes sont les mains et le visage. Les morsures aux mains se produisent souvent durant la capture de l’animal. Ou simplement lorsqu’on lui tend de la nourriture.

Attention. Vous aurez à capturer votre animal pour une visite chez le vétérinaire. C’est un moment critique et l’erreur n’est pas permise.

Il faut prévoir un filet et des gants pour vous protéger.

En général, les singes comme les capucins (et toutes les espèces plus fortes) sont anesthésiés pour être capturés. 

Les produits anesthésiants ne peuvent pas être détenus par d’autres personnes que des vétérinaires. Le vétérinaire doit donc se déplacer chez vous pour pratiquer cette immobilisation.

Dans les parcs zoologiques, il n’est pas rare de rencontrer des soigneurs animaliers et des membres du personnel qui ont perdu un ou plusieurs doigts. 

Alors qu’il s’agit d’agents formés et bien équipés pour procéder aux captures. 

En gardant des singes tels que des capucins ou des macaques, cela pourrait bien vous arriver.

Enfin, les singes peuvent transmettre des maladies aux personnes qui vivent à proximité.

La transmission se fait par morsure ou plus simplement par contamination fécale. 

Car les excréments des singes peuvent contenir des agents pathogènes. Ces microorganismes peuvent causer des maladies graves.

Les experts parlent des zoonoses pour désigner les maladies transmises d’un animal à un être humain.

Les enfants, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées sont les plus vulnérables.

Parmi les maladies les plus souvent transmises, il y a la Salmonellose. Les malades souffrent d’une gastro-entérite aiguë. Sans soin, il est possible d’en mourir de déshydratation. 

Certains Primates et en particulier les macaques asiatiques – comme le singe rhésus ou le macaque crabier – peuvent transmettre de dangereux virus.

C’est la cas de l’Herpès B, qui provoque une maladie du système nerveux chez l’Homme. Alors que les singes n’en sont pas affectés.

Enfin, les primates peuvent être porteurs de la rage. C’est parfois le cas des singes rapportés d’Afrique du Nord. 

Pour toutes ces raisons, il ne faut pas vivre avec des singes chez soi, mais leur réserver des installations dédiées.

Il faut aussi porter des gants à usage unique et un masque durant toutes les opérations de nettoyage. 

Des habits seront aussi consacrés à l’entretien des installations d’élevage.

Où travailler avec des singes ?

Si vous ne pouvez pas élever correctement des primates chez vous, il sera plus facile de le faire dans un refuge ou dans un parc animalier.

Il existe de nombreux zoos qui élèvent des singes dans de bonnes conditions. 

Car beaucoup de ces espèces sont en voie de disparition et font l’objet de programmes de protection. 

Car l’élevage en captivité est parfois la dernière alternative pour éviter leur extinction.

Pour travailler dans un zoo, il est préférable de suivre une formation spécialisée.

Vous trouverez dans la description de cette vidéo, un lien vers un livre qui présente les écoles et les centres de formation en France et en Belgique. 

Ce guide donne aussi des conseils sur la recherche de vos stages. Il intéressera aussi les personnes qui souhaitent obtenir un certificat de capacité.

Mais sachez que beaucoup de passionnés d’animaux veulent devenir soigneur animalier. 

Malheureusement, les offres d’emploi sont rares par rapport au nombre des candidats.

Et seules les personnes les plus motivées parviennent à trouver une place dans un zoo.

Certains amoureux des singes ont créé leur propre parc animalier et refuge spécialisé dans les primates. 

Bien que cela soit un choix de vie et demande beaucoup de travail, d’autres personnes portent un tel projet.

Pourquoi pas vous !

Si vous souhaitez créer un élevage ou un établissement de présentation au public, vous devez commencer par vous former, en effectuant :

  • Des stages dans des parcs animaliers spécialisés en Primates
  • Et suivre une formation en zootechnie. Par exemple, intégrer une école de soigneur animalier, faire des études universitaires en biologie et en éthologie ou rentrer dans une école vétérinaire.

Vous y apprendrez la zoologie, les soins animaliers et la législation complexe qui entoure l’élevage et la présentation au public des animaux non domestiques.

Comment intégrer une école de soigneur animalier ?

Si vous souhaitez entrer dans une école de soigneur animalier ou acquérir les premières notions d’élevage des animaux non domestiques, vous pouvez suivre une formation à distance.

Il existe plusieurs formations à distance. L’une d’entre elles est la Préparation soigneur animalier.

En suivant les huit modules de cette formations par visioconférences, vous aurez les fondamentaux pour :

  • Valider votre projet professionnel
  • Et Maximiser vos chances de réussir aux concours d’entrée d’une école de soigneur animalier reconnue par l’États

Pour en savoir davantage sur les études pour devenir soigneur animalier consultez notre article sur ce sujet.

Pour résumer

Les singes et tous les autres primates sont des animaux qui ont besoin de soins particuliers et d’installations adaptées.

Peu de personnes disposent du temps et des ressources financières nécessaires pour entretenir des primates dans de bonnes conditions.

Un singe n’est donc pas un animal de compagnie !

Beaucoup de fausses informations circulent actuellement sur internet au sujet des singes et du fait qu’ils sont faciles à éduquer. Ces croyances sont responsables du trafic de nombreuses espèces de Primates. Des animaux sont capturés dans la nature ou bien volés dans les parcs zoologiques pour approvisionner ce marché illégal.

Dans l’intérêt de ces animaux ne répondez pas aux annonces et aux offres de vente.Car la plupart des animaux qui sont proposés “sous le manteau” ont été arrachés à leur milieu naturel ou ont été volés à des zoos ou des éleveurs.

Enfin, les singes – quelle que soit leur taille – sont potentiellement dangereux et ils ne peuvent pas être gardés sans une formation appropriée.

Si les primates vous passionnent, je vous conseille de vous orienter vers des formations spécialisées, afin de travailler dans des établissements sérieux.

Vous pouvez commencer dès maintenant en faisant des stages dans des parcs zoologiques. Ce qui vous permettra de passer du temps à proximité d’animaux exceptionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha + 66 = 75